Covid 19 : Le masque distribué à Bouc Bel Air est-il efficace ?

14/05/2020
Covid 19 : Le masque distribué à Bouc Bel Air est-il efficace ?

Beaucoup d’idées reçues circulent sur internet, la ville de Bouc Bel Air répond très concrètement sur l’usage des masques qu’elle distribue

A quoi sert ce masque barrière ?

En portant ce masque, chaque Boucain contribue à protéger les autres et son environnement, ce qui augmente la protection de tous en s’additionnant aux gestes barrières et à la distanciation physique.

L’objectif est de permettre à la population d’accomplir des tâches courantes en bénéficiant d’une protection anti-projections: le masque est destiné à prévenir la projection de gouttelettes qui peuvent transmettre le coronavirus lorsqu’on postillonne, tousse ou éternue.

La ville de Bouc Bel Air a souhaité fournir des masques réutilisables : lavables et résistants, ce qui a conduit le fabricant à retenir comme matière la microfibre.

Rappel : Ce masque barrière est destiné aux personnes saines ou asymptomatiques. Il n’est pas destiné aux malades ou personnels au contact de patients. Seuls les masques filtrants de type FFP2 et les masques chirurgicaux à usage unique ont vocation à être utilisés par le personnel soignant.

Le masque barrière peut également ne pas convenir à d’autres contextes professionnels requérant d’autres types de protection renforcés.

 

Comment évaluer son efficacité ?

Attention aux idées reçues : le masque peut être monocouche ou multicouches selon le ou les matériaux utilisés.

Votre masque est confectionné dans une matière résistante, la microfibre à base de polyester, avec une masse surfacique de 170 g/m2. Il assure la protection contre les projections de gouttelettes qui peuvent transmettre le coronavirus lorsqu’on postillonne, tousse ou éternue.

La resistance de l'elastique qui tient le masque ne remet pas en question la qualité du tissu.

Les masques distribués sont-ils tous semblables?

Une partie des masques présentent des plies plus affirmés. Il s'agit d'une modification sur certains modèles pour les rendre plus pratiques lorsqu'il sont pliés mais le produit est exactement le même en terme de performance.

Est-il homologué par l’AFNOR ?

AFNOR ne réalise pas d’homologation ni de test en propre et ne propose pas aujourd’hui de certification de produit. En revanche, le centre d’expertise et d’essais de la Direction générale de l’armement (DGA) est en train d’homologuer le matériel des entreprises qui en font la demande mais cela prend beaucoup de temps et n’est pas obligatoire.

L’offre qui était quasi-inexistante il y a quelques semaines (lorsque la ville de Bouc Bel Air devait repondre à l'urgence)  est aujourd'hui en train de s’élargir.

 

Que prouve l’expérience de la flamme ?

Selon l’Afnor et la DGA, le test de la flamme sur laquelle on souffle à travers le masque ne donne aucune indication sur l’efficacité de filtration du masque puisque le virus ne se transmet pas dans l’air mais par gouttelettes de salive.

Il permet éventuellement d’avoir une idée de son étanchéité et donc de la respirabilité. Si la flamme bouge , c’est plutôt bon signe mais c’est très aléatoire et peu fiable.

De plus, cela peut aussi être dangereux. Evitez le feu à proximité d'un tissu.

Une traçabilité du produit est-elle possible?

Oui. Bouc Bel Air a commandé ses masques à une entreprise provençale située à Ventrabren.

 

La ville va-t-elle proposer une nouvelle distribution de masques ?

Oui car le virus est toujours présent, d’autant que l’offre de masques est aujourd’hui beaucoup plus large, ce qui va permettre à la ville de pouvoir offir une gamme supérieure à ses administrés.

 

Pourquoi avoir créé une plateforme pour réserver les masques ?

L'objectif de la plateforme de réservation des masques vise mettre en place un dispositif d'assistance à la population qui pourrait permettre, demain, d'organiser une distribution de masse rapidement en cas de crise encore plus grave (médicaments, nourriture etc...).

Pour identifier les anomalies d'un système, il faut le tester. Les problèmes informatiques que les administrés ont fait remonter aux services municipaux ont été très utiles pour mettre au point le dispositif

La plateforme permet aussi la localisation de la zone géographique dans laquelle se trouve un administré (CCQ). En cas d'accident grave dans cette zone géographique, la mairie sera en capacité, d’ici quelques semaines, de contacter la population si un accident survient prés de son domicile ou si la circulation est perturbée à cause de travaux à proximité.

De plus, La plateforme permet à chacun de déterminer les informations ou publications qu'il souhaite recevoir ou ne pas recevoir (Magazine municipal, guide des commerçants, plan de la ville, plaquette culturelle, Newsletters...).

Le maire de Bouc Bel Air fait-il de la santé et de la sécurité des Boucains une priorité ?

Si vous avez lu cet article, vous avez la réponse.